Boostez votre système immunitaire (vraiment ?)

Boostez votre système immunitaire (vraiment ?)

Peut-on réellement booster son sytème immunitaire ? Est-ce réellement possible grâce à un supplément vendu en bouteille ou en pilule ?

Cet article est une traduction de l’article Boost Your Immune System (or Not).
Posté avec la permission de Skeptoid Media. © 2014 Skeptoid Media, Inc. Copyright information.

Aujourd’hui, nous allons poser un regard critique sur une des rengaines marketing les plus populaires du marché du “bien être” des dernières années : la vente de produits et services clamant haut et fort qu’ils peuvent “booster votre système immunitaire”. Ça semble si simple et tentant… Qui n’en voudrait pas ? Puisque c’est censé vous aider à lutter contre tout, depuis le simple rhume, ou la grippe, jusqu’au cancer . Est-ce qu’on peut obtenir ce super pouvoir simplement en l’achetant dans une bouteille ou une boîte de pilules ?

On peut vendre facilement ce genre d’affirmation qui semble si sensée et si logique : plus votre système immunitaire est fort, plus il combattra facilement les maladies. Ça ressemble à la façon dont fonctionnent les muscles : un body-builder bien musclé soulèvera des poids plus lourds, et un système immunitaire plus boosté pourra combattre des maladies plus difficiles. N’est-ce pas ?

En fait, ce n’est pas le cas. Cette analogie est complètement fallacieuse. En réalité un système immunitaire sera mieux représenté par une balance qui doit être bien équilibrée. Si votre système immunitaire est affaibli ou déficient, la balance penche d’un côté, et vous voilà sujet à des infections. Mais à l’inverse, si votre système immunitaire est trop actif, alors la balance penche de l’autre côté, et le système immunitaire se met à attaquer votre propre corps, vos propres tissus sains. C’est le principe de nombre de maladies ,comme le lupus, l’arthrose rhumatoïde, le psoriasis, de nombreuses scléroses, et toutes les maladies auto-immunes. Lorsque la balance ne penche ni d’un côté ni de l’autre, lorsqu’elle est bien équilibrée, c’est-à-dire que votre système immunitaire n’est ni trop fort, ni trop faible, alors c’est là que vous êtes en meilleure santé.

Si vous pouviez booster votre système immunitaire, alors ça serait immédiatement et automatiquement dangereux pour votre santé

Lymphocyte, acteur du système immunitaire
Lymphocyte, acteur du système immunitaire
(Credit: Unknown photographer/artist (False color modifications made by myself–DO11.10) — Dr. Triche National Cancer Institute)

Mais alors que veulent donc dire les campagnes marketing tentant de vendre leurs produits en affirmant “booster votre système immunitaire” ? Heureusement pour votre santé, la plupart du temps elles ne veulent rien dire du tout. Ces dernières années, des institutions américaines comme la Federal Trade Commission, et la Food and Drug Administration ont rappelé à l’ordre nombre de produits aux fausses prétentions médicales, comme celles qui prétendent booster le système immunitaire. Elles ont tenté de leur faire cesser ces pratiques, mais il est difficile de s’attaquer à de telles arnaques, car la phrase “booster le système immunitaire” n’a aucune signification médicale. Ça ne se réfère à rien de réel concernant le système immunitaire réel. On peut se souvenir que l’entreprise commercialisant le supplément appelé “Airborne” a été condamnée à payer une amende par la FTC, ainsi qu’à rembourser quiconque en avait acheté, mais cela n’a été possible que parcequ’ils sont allés encore plus loin dans leur discours, en affirmant clairement que ce produit pouvait prévenir et traiter les rhumes.

De plus, les organismes de régulation sont submergés par des quantités de mails et de business internet qui naissent et disparaissent sans arrêt pour tenir un discours sans signification.

Pour couronner le tout, il est simple pour des entreprises de ce type de changer subtilement leur discours pour qu’il soit encore moins précis et échappé ainsi aux poursuites. Ainsi, on trouve des produits prétendant “aider le système immunitaire” ; ce qu’ils font… tout aussi bien que manger ou respirer aide aussi toutes les fonctions physiologiques comme le système immunitaire. Ils pourraient tout aussi bien dire que leur produit aide l’odeur corporelle, ou le vieillissement de la peau, ou la pousse des ongles, ça serait tout aussi vrai (et vide de sens).

Jusque dans les années 2000, le terme n’avait pas encore été utilisé. Personne n’avait encore pensé à acheter un produit spécifique pour booster son système immunitaire. On peut se demander comment l’humanité a fait pour survivre ces siècles et ces millénaires. Ou même survivre aux années 80 et 90. Vivions-nous réellement en moins bonne santé que maintenant ? Nos systèmes immunitaires étaient-ils réellement défaillants ?

Il faut voir un corps en bonne santé non comme le résultat d’un système immunitaire surpuissant, mais comme un corps en absence de maladie. La bonne santé est l’état “normal” d’un corps. Par contre si votre système immunitaire est déséquilibré dans un sens ou dans l’autre, alors ce n’est pas bon pour vous. Prenez une personne en bonne santé quelconque, qui fait attention à ce qu’elle mange, et fait un peu d’activité physique, si elle rentre dans une boutique et bois un jus ou un smoothie “système immunitaire boost”, alors c’est dangereux pour sa santé. Enfin, ça serait dangereux pour sa santé si ça avait réellement un effet.

Ça serait pourtant simple pour les entreprises qui commercialisent ces produits de mettre en évidence les effets qu’ils prétendent. Le système immunitaire est un système complexe de structures et de processus qui agissent dans tout le corps. La plupart sont des cellules que l’ont trouve dans le sang. Si un produit boostait réellement le système immunitaire, on le mettrait en évidence facilement par une prise de sang et une énumération de ces cellules. On peut le mesurer directement, et ainsi prouver qu’il y a augmentation, ou bien prouver le contraire.

Si ça marchait, ça poserait tout de même un problème éthique, car augmenter le nombre de ces cellules pourrait provoquer une maladie auto-immune.

Listons sans rentrer dans le détail certaines des composantes de ce système :

  • La partie la plus visible du système immunitaire est composée des barrières physiques : la peau, les muqueuses, la salive, les larmes, ainsi que des actions comme tousser, éternuer. Quand on a un rhume, notre système immunitaire augmente ces réponses. Ce n’est pas le rhume qui vous fait tousser et éternuer, c’est votre système immunitaire. Voulez-vous vraiment avoir ces réponses en permanence ? Parce que c’est ce que vous obtiendrez en boostant votre système immunitaire !
  • L’inflammation est une autre réponse immunitaire. Les cellules endommagées libèrent des molécules qui déclenchent une cascade d’événement, comme attirer les leucocytes, et indiquer au corps de dilater les vaisseaux sanguins. Ces molécules peuvent aussi empêcher la synthèse de protéines, avec pour objectif d’endommager les virus alentour. L’inflammation n’est pas une bonne chose pour le corps. C’est comme un pompier arrosant l’intérieur de votre maison. Ça éteint le feu, mais vous ne souhaitez pas que le pompier arrose votre salon si il n’y a pas le feu. Vous ne souhaitez vraiment pas booster artificiellement votre système immunitaire pour obtenir une réponse inflammatoire si ce n’est pas réellement nécessaire.
  • Les globules blancs, ou leucocytes. Ce sont à eux que la plupart des gens pensent quand on leur parle de “système immunitaire”. Mais ce qu’ils ne savent pas c’est qu’il y a différents types de leucocytes ; et pas uniquement dans le sang, amis aussi dans la plupart des tissus. Parmi eux on trouve les macrophages, les neutrophiles, les cellules dendritiques, les mastocytes, les cellules tueuses, les basophiles, et d’autres encore.
  • Le complément, qui est un groupe de protéines jouant un rôle dans la réponse immunitaire.

Tout ceci constitue ce que nous appelons la réponse immunitaire “innée” ou “non spécifique”. Mais nous avons aussi un système immunitaire “adaptatif” ou “spécifique”, c’est celui qui réagit à des pathogènes spécifiques, celui qui se multiplie, et devient ainsi le gardien à longue échéance contre les mêmes pathogènes qui reviennent de temps en temps. Il forme une sorte de mémoire. Ce système adaptatif augmente sa palette de réponses à chaque fois que vous le confrontez à des germes spécifiques. C’est aussi celui-ci qui réagit lors de la vaccination pour vous protéger contre une maladie donnée. Le système immunitaire adaptatif est constitué de cellules appelées lymphocytes, comprenant :

  • Lymphocytes T : ceux sont eux qui font le sale boulot, en se reliant aux cellules qui correspondent à leurs récepteurs pour les tuer. Chaque type de lymphocyte T reconnaît un antigène spécifique (qui est une protéine que l’ont trouve à la surface des cellules pathogènes). Nous avons dans notre corps des quantités gigantesques de populations différentes de lymphocytes T ayant des récepteurs différents.
  • Les cellules T auxiliaires peuvent reconnaître des pathogènes, et générer de nouveaux récepteurs pour les lymphocytes T, ce qui revient à créer de nouveau lymphocytes T pour combattre ce nouveau pathogène.
  • Les lymphocytes T gamma-delta ont une fonction similaire aux cellules T auxiliaires, amis ne sont pas nécessairement activés par de nouveau pathogènes. Leur fonctionnement est complexe.
  • Les lymphocytes B, qui interviennent entre le pathogène et la cellule T auxiliaire. Ils ont un large éventail de récepteurs à leur surface, et lorsqu’un pathogène se lie à l’un d’entre eux, le lymphocyte T se réplique des millions de fois. Chaque copie utilise alors une cellule T auxiliaire pour transmettre l’information du nouveau pathogène à un lymphocyte T.

Ce sont les composants essentiels de la réponse immunitaire. Sachez cependant qu’il est bien plus complexe que cela. Chacune des deux réponses, innée et adaptative, comprend d’autres éléments. Parmi tous ces éléments, certains agissent de concert, d’autre de manière indépendante. Il y a de très très nombreuses manières pour que votre système immunitaire soit pris en défaut. Et corriger un certain type de réponse inadaptée nécessite bien évidemment une stratégie différente.La notion d’une simple pilule, ou d’une boisson qui peut “booster le système immunitaire” est une aberration complète. C’est “extrêmement sans signification”.

Comme la réponse immunitaire adaptative est conçue pour réagir à de nouveau pathogène et apprendre de nouveaux récepteurs, il peut effectivement être amélioré. À chaque fois que vous attrapez un rhume ou que vous vous faites vacciner, le système adaptatif conçoit de nouveaux récepteurs, et crée une nouvelle armée de lymphocytes T, prêts au combat, pour réagir au plus vite lors de la prochaine apparition du pathogène. Il n’y a aucun supplément, ni aucune technique du corps ou de l’esprit qui aura le même effet. Les lymphocytes B ne peuvent apprendre à reconnaître et à produire des protéines pertinentes uniquement en étant en contact avec un agent pathogène spécifique (en attrapant la maladie), ou en présence du récepteur spécifique au pathogène de la maladie (par la vaccination).

La réponse classique aux arguments que je viens d’expliquer et que “booster le système immunitaire” consiste à restaurer un bon fonctionnement immunitaire, car il est défaillant pour chacun de nous à cause de notre mauvaise alimentation, notre obésité ou notre environnement toxique. C’est un argument courant, et facile à faire croire. On dirait que ça a du sens. Et effectivement, nous mangeons trop, mal équilibré, et certains d’entre nous sont soumis à des environnements toxiques. Mais est-ce que tout ceci déséquilibre notre système immunitaire pour le rendre défaillant ?

En réalité, c’est plutôt le contraire qui est vrai. Les personnes obèses ont généralement une réponse inflammatoire, ce qui est une réponse immunitaire. Nous attrapons des rhumes ou des grippes et n’avons aucun problème pour produire les symptômes (fièvres, toux, nez qui coulent…) Nous sommes exposés à des substances irritantes, et nous réagissons par des boutons, en nous grattant, ou en faisant de l’asthme, qui sont des réponses immunitaires. Nous avons presque tous au moins une réponse immunitaire en cours à tout moment. Dire que vivre dans notre monde contemporain a rendu notre système immunitaire défaillant est complètement faux, sans aucune ambiguïté.

Il y a des maladies qui ont pour effet de rendre le système immunitaire défaillant. Il s’agit d’immunodéficiences. Les causes sont en générale génétique et réclament de complexes interventions médicales. Certaines sont acquises,comme le sida, certains cancers, ou même la chimiothérapie. Dans ce cas, c’est souvent une composante spécifique du système immunitaire qui est défaillant, et qui nécessite un traitement spécifique. L’immunodéficience acquise peut aussi résulter de la malnutrition ou de carence, mais dans ce cas, vous êtes dans un stade très avancé de privation. C’est le problème inverse que de se gaver de cheeseburgers.

Les suppléments, les jus, les pilules, ou tout type de produits qui ont la prétention de “booster votre système immunitaire” sont des fraudes et des arnaques. Ce sont des inventions marketing sans signification pour vous faire peur et acheter ces produits. Une manière facile de gagner de l’argent en proposant une solution à un problème qui n’existe pas.

Références

  • Brain, M. “How Your Immune System Works.” Discovery Health. Discovery Communications Inc., 1 Apr. 2000. Web. 8 Oct. 2010. http://science.howstuffworks.com/life/human-biology/immune-system.htm
  • Crislip, M. “Boost Your Immune System?” Science-Based Medicine. Science-Based Medicine, 25 Sep. 2009. Web. 7 Oct. 2010. http://www.sciencebasedmedicine.org/?p=1828
  • Goldacre, B. “When it comes to a cold, you might as well try goat entrails.” The Guardian. 22 Nov. 2008, Newspaper.
  • Hall, H. “Boost My Immune System? No Thanks!” Skeptic. 22 Mar. 2010, Volume 15, Number 4: 4-6.
  • Schindler, L. Understanding the Immune System. Washington, DC: U.S. Dept. of Health and Human Services, Public Health Service, National Institutes of Health, 1988.
  • Singh, S., Ernst, E. Trick or Treatment. New York: W. W. Norton, 2008.
  • Wallace, A. “An Epidemic of Fear: How Panicked Parents Skipping Shots Endangers Us All.” Wired. 1 Nov. 2009, Volume 17, Number 11.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *