Un voyage extaordinaire au pays des raisonnements fallacieux - 1ere partie

Article précédent PrécédentSuivant Article suivant

Un examen des raisonnements fallacieux les plus courants.


Cet article est une traduction de l'article A Magical Journey through the Land of Logical Fallacies - Part 1.
Posté avec la permission de Skeptoid Media. © 2014 Skeptoid Media, Inc. Copyright information.

Si vous avez déjà eu l'occasion de discuter avec quelqu'un de ses croyances surnaturelles ou pseudo-scientifiques, vous avez sûrement déjà été frappé en pleine face par un raisonnement fallacieux ou deux. Les systèmes de croyances non scientifiques ne peuvent pas être défendus ou étayés par la méthode scientifique, par définition, aussi ceux qui en font la promotion se tournent vers autre chose pour trouver un soutien. Dans cet épisode nous allons examiner tout un tas de raisonnements fallacieux que vous pouvez entendre fréquemment en rapport avec les pseudo-sciences. Quand vous en reconnaîtrez un, ne manquez pas de lui faire un signe de la main et de lui dire bonjour.

Commençons par :

L'argument de l'homme de paille (The Straw Man Argument)

Nous commençons par celui-ci car c'est le plus fréquent, et également un des plus facile à repérer. Lorsque vous exposez votre point de vue, il s'agit, pour votre contradicteur, de ne pas répondre directement à ce que vous avez dit, mais à une version exagérée et déformée de ce que vous avez vraiment dit. Cette nouvelle version étant impossible à défendre.

Starling dit : "Les personnes qui n'ont commis que des délits mineurs devraient être libérés de prison plus rapidement."
Bombo répond : "Vider toutes les prisons aurait pour effet de créer une société dévastée."

Bon, peut-être que Bombo a raison, mais ce n'est pas le sujet, car "vider les prisons" n'est pas ce que Starling a dit. En fait, Bombo n'a pas réfuté le point de vue de Starling du tout, il a inventé un tout nouveau sujet qu'il lui a été plus facile de réfuter. Il a créé un homme de paille - cette sorte de sac rempli de paille que les soldats utilisaient pour s'entraîner à la baïonnette, et qui est trop faible pour répliquer. Ainsi Bombo peut être satisfait d'avoir raison à propos d'un sujet que personne ne songerait à réfuter, de plus il donne l'impression d'avoir réfuté les arguments de Starling, quand il les a en fait évités.

Argument ad hominem (Ad Hominem)

En latin "ad hominem" veut dire "dirigé contre la personne". Un argument ad hominem est une attaque contre la personne qui argumente au lieu d'attaquer les arguments eux-mêmes. Cela ne signifie pas que vous accusez la personne d'être un pauvre type ; mais plutôt que vous utilisez un de ses défauts ou une de ses caractéristiques pour en déduire une faiblesse dans son argumentation.

Starling : "Je pense que les Volvos sont de bonnes voitures."
Bombo : "Bien sûr que tu dis ça, tu es originaire de Suède."

Les origines suédoises de Starling n'ont rien à voir avec la qualité des voitures Volvo, donc l'argument de Bombo est une tentative pour changer de sujet et contourner les vrais arguments. Bombo est en train d'essayer de faire comprendre que le fait que Starling soit d'origine suédoise forme un biais de raisonnement, et donc rend invalide son argumentation. En fait, une des deux choses n'a rien à voir avec l'autre. L'argument Ad hominem essaie de pointer une faute de la personne qui argumente et non de l'argument lui-même.

Argument d'autorité (Appeal to Authority)

Ce type d'argument fait appel à une autorité connue (une personne ou une institution) pour valider l'affirmation dont il est question. A chaque fois que vous voyez une publicité où apparaît quelqu'un vêtu d'une blouse blanche, ou vous disant ce que 4 dentistes parmi 5 ont pu dire, vous faites face à un argument d'autorité.

"L'acupuncture est valide parce qu'elle est basée sur un savoir chinois vieux de plusieurs siècles."
"Cet article, paru dans une revue à comité de lecture affirme que les gens deviennent de plus en plus gros."
"De plus en plus de scientifiques disent que la théorie de l'évolution est trop improbable."
"Le magasine Wired dit que Skeptoid est un excellent podcast."

Un argument d'autorité est l'opposé d'une attaque Ad hominem, car ici nous faisons référence à une caractéristique positive de la source, de telle façon que celle-ci puisse être perçue comme une autorité en la matière, et qu'elle apporte son crédit à l'argument. Mais une bonne autorité soutient une idée car celle-ci a été démontrée comme étant justifiée ou évidente, et non l'inverse. Si vous dites que les scientifiques supportent la théorie X, est-ce que ces scientifiques affirment que cette théorie est vraie car ils y croient ? Non. Les bons scientifiques n'attachent aucune importance à leur propre autorité. La théorie X doit se tenir d'elle même ; un argument d'autorité n'apporte aucun support utile.

Traitement Exceptionnel (Special Pleading)

Un argument par traitement exceptionnel suppose que la justification pour une certaine affirmation est d'un plus haut niveau de connaissance que ce que votre opposant peut comprendre, et donc qu'il n'est pas qualifié pour en parler. L'appel le plus fréquent au traitement spécial concerne la volonté divine, en affirmant que les voies de dieu sont impénétrables et que nous ne pouvons pas comprendre ses raisons, quoique nous fassions. Le Traitement Exceptionnel assure une sorte de passe-droit pour n'importe quel prétendu super pouvoir attribué à une affirmation :

Starling : "L'homéopathie devrait être testée avec des essais cliniques."
Bombo : "Les essais cliniques ne sont pas appropriés pour tester la vraie nature de l'homéopathie."

Peu importe ce que dit Starling, Bombo peut affirmer qu'il existe une connaissance au delà de la portée de Starling, ou bien située à un niveau que Starling ne peut pas comprendre, mettant ainsi fin à la discussion. Bombo peut aussi prétendre que Starling manque d'une qualification professionnelle nécessaire pour discuter de ce sujet, rendant ainsi le sujet inaccessible à Starling.

Bombo : "Tu n'as pas suivi de formation d'homéopathie, donc tu ne dois pas t'attendre à la comprendre."

Un traitement exceptionnel n'est pas une tentative pour répondre au vrai problème, il ne s'agit que d'une tactique de diversion.

La preuve par l'anecdote (Anecdotal Evidence)

Un des moyens les plus répandues de défendre un phénomène qui n'est prouvé par aucune évidence, est l'utilisation fallacieuse d'évidences qui ne sont qu'anecdotiques. La preuve par l'anecdote apporte une information qui ne peut pas être testée scientifiquement. En pratique la preuve par l'anecdote fait référence à un témoignage personnel ou un compte-rendu oral. La preuve par l'anecdote est souvent convaincante car il s'agit d'un discours plus personnel et captivant qu'une preuve froide et factuelle.

La preuve par l'anecdote n'est pas complètement inutile. Vous pouvez dire "nous avons vu le cadavre du Bigfoot à tel endroit", et si cette information aide vraiment à retrouver le véritable corps, alors la preuve par l'anecdote a été d'une grande aide. Cependant remarquez que c'est le cadavre lui-même qui constitue une preuve scientifique de l'existence du Bigfoot, et non l'histoire relatant où il a été vu.

"Je sais que l'existence des fantômes est une réalité. Mon ami, qui est une personne de confiance a vu des fantômes à de multiples occasions."

La preuve par l'anecdote est d'une grande utilité pour suggérer de nouvelles directions de recherche, mais il ne peut pas s'agir d'une preuve en tant que telle. Quand une anecdote est présenté comme une preuve, ou à la place d'une preuve, alors vous avez de très bonne raisons d'être sceptique.

La Sélection de données (Observational Selection)

La sélection de données est le processus qui concerne à garder la partie des données qui est cohérente avec l'idée que l'on veut soutenir, et à ne pas considérer la partie qui est en contradiction avec celle-ci. La sélection de données est le principe fallacieux sous-jacent au phénomènes tels que "La bible : le code secret", la divination psychique, le projet "Global Consciousness", ou encore les guérisons miraculeuses. La sélection des données est également utilisé par les instituts de sondage pour produire des rapports qui leur conviennent. Cela consiste à n'interroger que les personnes prédisposées à ne répondre que ce que l'institut souhaite qu'ils répondent.

Bombo : "Le visage de Satan est clairement visible dans la fumée s'élevant au dessus du World Trade Center."
Starling : "Et dans une autre parmi les 950.000 images du film on peut voir le visage de J. Edgar Hoover ; dans une autre une icône de Windows XP ; et dans une autre encore une carte de Paris.

Souvenez-vous qu'un élément donné parmi des millions d'autres a la particularité incroyable d'être d'une rareté de un-sur-un-million. C'est inévitable. Mais si la sélection de données vous fait ignorer les 999.999 autres données, alors vous voila facilement impressionné.

Appel à l'ignorance (Appeal to Ignorance)

L'argumentum ad ignorantiam considère l'ignorance de quelque chose comme une preuve que cette chose n'existe pas. Si je ne comprends pas le mécanisme du big bang, alors cela prouve qu'il n'y a aucune connaissance qui permette de penser qu'il a existé, et que donc il n'a pas existé. Toute chose qui n'est pas suffisamment expliqué ou suffisamment compris est donc impossible.

Starling : "C'est étonnant que la vie soit apparu par la formation fortuite d'acides aminées dans la soupe primordiale."
Bombo : "Un petit peu trop étonnant. Je ne peux pas imaginer qu'une telle chose se soit passée. Le créationisme est donc la seule possibilité."

Utiliser l'absence de preuve comme une preuve d'absence est une façon fréquente de faire appel à l'ignorance. Les personnes qui pensent que les lumières de Phoenix ne peuvent pas être causés par de simples phares ne vont pas comprendre, ou n'écouteront pas, les explications montrant que c'est bien le cas. Leur connaissance trop simpliste, et mal renseignée, de ce qu'un phare doit produire comme lumière est incompatible avec leur interprétation des photographies du phénomène. Ils font donc un appel à l'ignorance pour prouver que les phares ne peuvent pas en être la cause.

Le non-sequitur (Non-Sequitur)

Du latin "ça n'en découle pas". Un non-sequitur est une tentative flagrante et stupide de justifier une affirmation en utilisant une prémisse non pertinente. Les utilisateurs du non-sequitur commencent par émettre une prémisse qui semble raisonnable, avec laquelle ils espèrent que vous serez d'accord, puis ils la mettront en lien avec une conclusion qui n'a rien à voir avec la prémisse. La phrase est construite d'une telle façon que vous avez l'impression de devoir accepter ou refuser les deux ensemble.

"Les grandes entreprises incarnent le mal, donc l'acupuncture est bonne."
"Le gouvernement incarne le mal, donc les Ovnis sont des vaisseaux spatiaux extra-terrestres."
"Allah est grand, donc les chrétiens doivent être tués."

Quand on fait de la science, il est plus que simple de connecter deux phrases par le mot "donc" afin de le lier par une relation de cause à effet. Donc, les non-sequiturs sont des outils pratiques pour prouver une chose scientifiquement.

Le Post Hoc (Post Hoc)

L'idée qu'un événement doit avoir été causé par un autre événement antérieur simplement car il est advenu plus tardivement est un sophisme post hoc ergo propter hoc ; "Il est advenu plus tard donc il en est la conséquence". Notre cerveau est câblé afin d'être efficace pour repérer les relations de cause à effet, et nous les trouvons donc un peu partout. Il a pris un remède homéopathique puis son cancer a été guéri ; l'un étant arrivé après l'autre, nous en déduisons par erreur que l'un a causé l'autre.

Starling : "Je t'ai acheté cette voiture, et maintenant le radiateur est cassé."
Bombo : "Il fonctionnait avant que tu ne l'aies acheté, donc tu as dû le casser toi même."

Bombo voit que le radiateur a cessé de fonctionner après l'achat de la voiture par Starling, il en déduit donc que celui-ci en est la cause. En fait, il n'y a aucune raison de faire une telle corrélation. Combiné avec la sélection de données, les raisonnements post hoc fallacieux expliquent presqu'entièrement la prolifération des médecines alternatives, et également l'explication du fait que les croyances aux pouvoirs psychiques soient si répandues.

Confusion entre Corrélation and Causalité (Confusion of Correlation and Causation)

Très proche du post hoc, mais un petit peu différent, nous trouvons la confusion entre la corrélation et la causalité. Dans le cas des arguments post hoc, il n'y a pas forcément de corrélation entre les deux observations. Quand il y a bien une corrélation mais pas de causalité valide, alors nous faisons face à une confusion beaucoup plus convaincante.

Starling : "Les chinois mangent beaucoup de riz."
Bombo : "Donc l'ingestion de riz doit rendre cheveux noirs."

A cause de la nature de l'agriculture chinoise, il y a en effet une corrélation mondiale entre la consommation de riz et la couleur des cheveux. Il s'agit d'un exemple parfait qui montre qu'une causalité peut être faussement inférée par une simple corrélation.

La pente glissante (Slippery Slope)

Une pente glissante est un argument qui présuppose qu'un changement va conduire inévitablement à des conséquences extrêmes et exagérées. Si je te donne un cookie maintenant, je vais m'attendre à ce que tu me demandes un cookie dans cinq minutes, donc je ne devrais pas te donner de cookie.

Starling : "Il devrait être illégal de vendre des thérapies alternatives qui ne fonctionnent pas."
Bombo : "Si cette mesure est prise, alors n'importe quel groupe minoritaire pourrait rendre illégal tout ce qui ne lui convient pas."

Peu importe ce que Starling suggère, en le multipliant par dix ou même par cent, cela devient probablement une proposition farfelue. Bombo peut utiliser l'argument de la pente glissante pour exagérer n'importe quelle proposition de Starling et transformer ainsi sa proposition en désastre.

La pente glissante est probablement le sous ensemble le plus fréquemment utilisé d'un raisonnement fallacieux plus général, le sophisme de la conséquence indésirable. Ce raisonnement fallacieux permet en pratique d'inventer n'importe quelle conséquence à partir des arguments de votre adversaire.

Starling : "Ils devraient enlever les mots 'Under God' du serment au drapeau des États-Unis d'Amérique."
Bombo : "Si cela était amené à se produire, alors les enfers se déchaîneraient. Les étudiants feraient l'amour dans les halls, les fusillades dans les écoles grimperaient en flèches, et nous deviendrions une nation d'adorateurs de Satan."

C'est suffisant pour un premier jour. Un peu plus que cela nous ferait devenir un tas frémissant de gelée irrationnelle, juste comme celle qui a pris forme dans la soupe primordiale. La semaine prochaine nous continuerons notre tour dans les raisonnements fallacieux. D'ici là, digérez tous ceux d'aujourd'hui, au moins ceux que votre système ne rejette pas.

Références
  • Clark, J., Clark, T. Humbug! The skeptic's field guide to spotting fallacies in thinking. Brisbane: Nifty Books, 2005.
  • Damer, T. Edward. Attacking Faulty Reasoning: A Practical Guide to Fallacy-Free Arguments. Belmont CA: Wadsworth Publishing Company; 3rd edition, 1995. 224.
  • Miller C., Miller, D. "On evidence, medical and legal." Journal of American Physicians and Surgeons. 1 Sep. 2005, Volume 10, Number 3: 70-75.
  • Randi, James. "SYLVIA BROWNE ON THE ROPES." Swift - Weekly Newsletter of the James Randi Educational Foundation. James Randi Educational Foundation, 2 Feb. 2007. Web. 18 Oct. 2007. <http://www.randi.org/jr/2007-02/020207geller.html#i3>
  • Walton, D. Informal Logic: A Handbook for Critical Argumentation. Cambridge/New York: Cambridge University Press, 1989.
Article précédent PrécédentSuivant Article suivant

Posté le 17 mai 2013 |  Auteur : Brian Dunning  |  Traduction : Stanislas Francfort

Commentaires



abcfiy78