Le Pentagone et le missile

Article précédent PrécédentSuivant Article suivant

Certaines personnes prétendent que ce n’est pas un avion de ligne qui aurait percuté le Pentagone le 11 Septembre 2001, mais un missile.


Cet article est une traduction de l'article The Pentagon and the Missile .
Posté avec la permission de Skeptoid Media. © 2014 Skeptoid Media, Inc. Copyright information.

Aujourd’hui nous allons examiner de nouveau les mystères des théories conspirationnistes. Nous allons nous pencher sur les événements du 11 Septembre 2001, le jour où deux avions sont entrés en collision avec le World Trade Center à New-York. Mais cette fois, nous allons nous intéresser à ce qui s’est passé au Pentagone, le quartier général du ministère de la défense des États-Unis à Airlington, en Virginie. Selon la thèse généralement acceptée, basée sur les témoignages et les enregistrements, le Pentagone a été percuté par un Boeing 757, l’avion du vol American Airlines 77 de Dulles à Los Angeles qui a été détourné par des terroristes. 59 personnes à bord de l’avion et 125 employés à l’intérieur du Pentagone ont perdu la vie à ce moment, en plus des 5 terroristes. Et c’est la que la culture populaire s’est inévitablement emparée de cet événement pour construire une théorie alternative, à savoir que le Pentagone n’aurait pas été percuté par un avion, mais par un missile de croisière américain, tiré par les autorités afin de faire croire à une attaque terroriste. Maintenant que nous sommes des années après le 11 Septembre, avons-nous des raisons valables de douter de la théorie officielle ?

Le Pentagone
Le Pentagone après l’impact
(Public credit: Public domain)

Tout d’abords, la phrase “théorie officielle” est devenue elle même problématique. Tout ce à quoi elle fait référence sont les explications ou les définitions généralement acceptées, validée par la plupart des personnes qui se sont penchés sur la question. Par exemple, la “théorie officielle” dit que le corps humain comporte 206 os. La “théorie officielle” dit que l’atome de Radon a 86 protons. La “théorie officielle” dit que Hiroshima a été détruite par la bombe atomique Little Boy en 1945. Mais la simple mention d’une observation comme étant la “théorie officielle” jette la suspicion sur le sujet et suggère qu’il peut y avoir une histoire de corruption politique là dessous. C’est pourquoi les sites web qui font la promotion d’une théorie alternative pour le 11 Septembre commencent tous par qualifier toutes les observations et les preuves comme étant la “théorie officielle”. C’est en ce sens que l’on peut dire que le vocable “théorie officielle” est un mot valise, utilisé pour sous-entendre autre chose que les mots qui sont utilisés. Au sens strict, la “théorie officielle” est celle qui fait consensus, et qui est la plus étayée par les preuves ; mais dans l’usage commun, on ne l’utilise que pour jeter le doute sur une théorie.

Avoir des doutes semble être l’unique motivation pour croire que c’était un missile et non un avion de ligne qui a percuté le pentagone. Il y a des tonnes de preuves qui confirment ce dont tant de personnes ont été témoins ce jour là. Des preuves solides comme le granit et qui ne présentent aucune faille. Mais étonnement, comme c’est le cas pour de nombreuses théories conspirationnistes, cela ne nuit pas à sa popularité. Il n’est pas possible en un seul article de passer en revue toutes les objections à la “théorie officielle”, mais nous allons tout de même examiner certaines d’entre elles, celles qui sont le plus représentatives. A l’exception de quelques affirmations qui sont tout simplement factuellement fausses, chacune de ces objections étant simplement basée sur le fait qu’une observation puisse être cohérente avec une version alternative des événements. Malheureusement pour ces objections, “cohérent avec une version des faits” ne veut pas dire “argument pour une version des faits”.

Voici l’exemple le plus connu :

Mythe n°1 : La caméra de surveillance montre un missile qui percute le bâtiment.

Parmi les 85 enregistrements vidéo qui ont été saisies par le FBI et qui auraient pu avoir filmé l’avion percutant le bâtiment, on ne voit un impact que sur une un seul d’entre eux. Il s’agit de la caméra de surveillance qui pointait vers le portail d’entrée, tournée vers l’allée menant au bâtiment. Dans le fond de l’image on distingue une zone blanche, visible sur une unique image, ce qui est largement trop petit et de trop mauvais qualité pour faire des observations détaillées et utilisables. Les partisans de la théorie du missile pensent que cet objet est trop petit pour être un Boeing 757, et qu’il s’agit plus probablement d’un missile de croisière.

Est-ce que cette tâche est trop petite par rapport à un Boeing 757 ? Oui, elle l’est. Mais c’est exactement ce à quoi nous pouvions nous attendre car les caméras de surveillance utilisent des objectifs ultra grand angle. La caméra avait pour but de capturer autant de véhicules que possible sur l’allée. C’est pourquoi les lignes droites n’apparaissent pas droites sur les images de cette caméra. On voit bien les lignes du bâtiment du Pentagone qui sont incurvées. Et pourtant, les partisans de la théorie du missile ont superposé aux images des lignes droites sensées montrer les lignes de fuite de la perspective afin de mettre en évidence que la hauteur de l’objet est trop petite pour être un Boeing 757. Mais à cause de la lentille utilisée, l’avion apparait bien plus petit que ce qu’il aurait été vu grâce à une lentille normale. Que l’avion de ligne apparaisse si petit sur les vidéos est exactement ce à quoi il faut s’attendre sur une photo prise avec une telle lentille à ultra grand angle.

Mythe n°2 : Le bureau de Donald Rumsfeld, le secrétaire d’état à la défense, était dans l’aile opposée du bâtiment.

Ce qui est sous-entendu en disant cela est que Donald Rumsfeld, le présupposé architecte de cette attaque au missile, était convenablement protégé des dégâts en envoyant le missile contre une aile du bâtiment située bien loin de son bureau.

Voici un parfait exemple du sophisme “cohérent avec une version des faits” qui n’est pas “argument pour une version des faits”. En effet, si Donald Rumsfeld avait machiavéliquement organisé tout ça, il aurait pu prévoir de préserver son bureau. Mais par la même logique, nous pourrions pointer notre suspicion sur n’importe qui d’autre, n’importe où dans le monde qui n’a pas son bureau situé au point d’impact. Cet élément est tellement à côté de la plaque, que je ne prends même pas la peine de regarder où est vraiment situé le bureau de Donald Rumsfeld. Qu’il soit effectivement situé à l’opposé de l’impact ou non est une information complètement inutile.

Et maintenant un exemple d’une affirmation qui est tout simplement complètement fausse :

Mythe n°3 : Il n’y avait pas de débris d’avion sur les lieux de l’impact.

Et donc, pas de débris implique pas d’avion, et donc, ce devait être un missile. En plus d’être une belle faille de raisonnement logique, cette affirmation est complètement fausse. Même de nombreuse années après les événements, j’entends encore cet argument. Et pourtant elle est bien en complète contradiction avec les innombrables photos prises ce jour là. Les débris de l’avion jonchaient littéralement les lieux et étaient dispersés partout, y compris des pièces facilement reconnaissables, comme les trains d’atterrissage, ou les réacteurs, ainsi que d’innombrables morceaux peints aux couleurs vert Epoxy du Boeing BAC452. Il est pourtant extrêmement simple de faire une recherche google : “flight 77 debris” pour voir ces photos prises par douzaines par les employés du Pentagone, les équipes de secours, et les journalistes, et tout ceci a été vu en direct par des millions de téléspectateurs autour du monde.

Il est aussi facile d’accéder à la transcription des communications des contrôleurs aériens qui ont communiqué avec l’avion, et de voir les traces des enregistreurs de vol, y compris l’altitude de l’avion, et son changement de direction vers le Pentagone. Ces deux dernières informations sont issues de la Commission Transport et Sécurité des États-Unis (National Transportation and Safety Board). Mais il faut se rendre à l’évidence qu’exhiber ce type de documents officiels n’est pas du tout convaincant pour un partisan d’une théorie du complot. Dans leur façon de voir les choses, toutes les preuves cohérentes avec la “théorie officielle” fait tout simplement partie de la conspiration, elle n’est donc pas digne de confiance et doit être écartée.

Mythe n°4 : La trajectoire d’approche était impossible pour un Boeing 757.

Quand les terroristes ont approché l’avion du Pentagone, ils étaient encore à trop haute altitude, ils ont alors commencé à descendre en cercles. Une contrôleuse du trafic aérien de Dulles, Danielle O’Brien, a dit “on ne pilote pas un 757 de cette manière, c’est dangereux.” Les partisans de la théorie du missile ont souvent cité cette phrase pour prouver que l’objet volant ne pouvait pas être un Boeing 757.

Mais cette interprétation peut être convaincante uniquement si on ignore le reste de ce qu’elle a dit. O’Brien a été très claire à ce sujet, selon elle, il n’y avait aucune question à se poser, c’était bien un 757, et elle précise que “dangereux” ne veut pas dire “impossible”. Elle a aussi dit “il n’a jamais été dans les intentions des terroristes de faire atterrir en douceur le vol American Airlines 77”. Elle a aussi ajouté que contrairement à un Boeing, il n’est pas nécessaire de faire tourner en cercles un missile de croisière pour lui faire perdre de l’altitude.

Mythe n°5 : Les missiles de défenses du Pentagone auraient dû être tirés dans une tentative de détruire un avion en approche.

En tant que quartier général du département à la défense des États-Unis, vous vous attendez à ce que le Pentagone soit un des bâtiments les mieux protégés au monde. C’est ce qu’a proposé le journaliste Français Thierry Meyssan, auteur du livre L’effroyable imposture, paru en anglais sous le titre 9/11: The Big Lie. Mais apparemment, ce prétendu système de protection à base de missile n’existe pas. Si un tel système de défense du Pentagone existe bel et bien mais n’a pas été utilisé, alors remarquons tout de même qu’aucun des employés ne s’en ait plaint. Pas plus qu’aucun des proches des 125 employés qui ont perdu la vie ce jour là.

En pratique, il serait extrêmement difficile pour le Pentagone de faire fonctionner un tel système de protection. L’emplacement du Pentagone a été choisi en 1941, juste après que les travaux de ce qui est maintenant l’aéroport national Ronald Reagan ne soient terminés. Aujourd’hui, des avions passent en volant à proximité du Pentagone à longueur de journée, et à basse altitude. Le Pentagone est situé à tout juste 1 km des extrémités des pistes 33 et 1, et dans leur prolongement. Les concepteurs d’un système de défense aérien à base de missiles devraient prendre en compte que le temps de décision pour distinguer un vol normal d’un vol hostile est pratiquement réduit à zéro. Et ceci pour prendre (ou non) une décision de destruction d’un avion et de ses passagers. Voilà pourquoi il est normal qu’aucune des centaines de milliers de photos et de vidéos du Pentagone ne montre un système de missiles de protection. On n’en voit pas trace non plus dans les documents de projets, ni dans les photos de construction du bâtiment, et aucun des employés qui n’ait jamais travaillé dans cet endroit n’en a jamais fait mention.

Ce que nous venons de faire n’est qu’un rapide tour d’horizon de cinq arguments parmi les plus utilisés par les partisans de la théorie du missile. Toutes mes excuses à ceux qui sont à la recherche d’une analyse plus poussée et plus exhaustive de toutes les facettes de cette théorie du complot. Mais il n’y a tout simplement pas assez d’arguments un tant soit peu solide en faveur d’une conspiration pour perdre plus de temps à analyser ce sujet. C’est une paresse intellectuelle de chercher des anomalies que pourraient sembler cohérentes afin de prouver que la “théorie officielle” est fausse. C’est même l’opposé de ce que doit être une démarche de recherche efficace d’information et de vérité.

Si vous voulez savoir ce qui s’est réellement passé le 11 Septembre 2001, concentrez-vous sur les preuves factuelles. Ne cherchez pas d’explications alternatives aux preuves évidentes, mais assurez-vous de ne pas transformer les preuves factuelles en les rendant conformes à votre opinion, et deviennent des arguments de ce que sont vos conclusions prédéterminées..

Je souhaiterai inciter à la prudence quiconque voudrait approcher un système d’explications alternatives qui serait fondé principalement sur l’hypothèse que la théorie généralement acceptée est fausse. Dans un tel système de croyance, toute théorie alternative devient acceptable, à partir du moment qu’elle contredit la théorie généralement acceptée. Un des exemples les plus connu est le créationnisme. Il y a des quantités de versions mutuellement exclusives de théories créationnistes : terre née en 7 jours ou non, évolution théiste, dessein intelligent, terre jeune ou terre ancienne, Omphalisme, etc. Elles sont toutes mutuellement exclusives, car elles présentent des versions radicalement différentes de l’histoire. Mais en dépit des ces profondes différences, elles sont toutes alliées sous une bannière commune : “la théorie de l’évolution est fausse”. Les théories concurrentes s’acceptent les unes les autres à partir du moment qu’elles sont contradictoires avec la théorie acceptée.

C’est également le cas pour les théorie de la conspiration du 11 Septembre 2001. Regardez le nombre de théories qui ont pu être mises en avant pour essayer de contredire l’explication acceptée, et qui tentent d’expliquer l’effondrement des tours jumelles du World Trade Center par une explication alternative. Tout a été avancé : des projections d’avions en hologrammes, la démolition contrôlée, des avions robots chargés d’explosifs, ou n’importe quoi d’autre… Chaque théorie sera acceptée par les croyants en une conspiration à partir du moment où elle propose une explication alternative à la “théorie officielle” expliquant que les vols American Airlines 11 et United Airlines 175 se sont écrasés contre les tours jumelles.

Questionnez vous sur les raisons qui vous ont amenées à croire ce que vous croyez. Si vous souhaitez dénicher l’état de la connaissance sur un sujet, cherchez les preuves et les observations factuelles. Sachez écarter les observations qui n’apportent pas d’information sur le sujet. Mais si vous ne trouvez que ce qui va dans une unique direction, en n’apportant que des arguments à une unique théorie, c’est probablement que vous procédez à l’envers. Vous êtes sûrement en train de partir du présupposé que cette théorie est juste et vous ne cherchez probablement que des arguments pour l’expliquer. Ayez confiance en la “théorie officielle”, et ne soyez pas hostile par principe au savoir acquis et accepté, et au corpus de connaissances existant.

Références
Article précédent PrécédentSuivant Article suivant

Posté le 09 septembre 2015 |  Auteur : Brian Dunning  |  Traduction : Stanislas Francfort

Commentaires



abfjns14