Planète déchue

Article précédent PrécédentSuivant Article suivant

Une erreur scientifique qui donne confiance.

Bouton-DLTélécharger : Audio,

Le 29 Septembre 2010, des équipes de Santa Cruz et de Washington aux états-unis annoncent la découverte d'une 7ème planète autour de l'étoile Gliese 581.

Depuis la découverte de la première planète orbitant autour d'une autre étoile que le soleil (nommées exoplanètes) par les équipes de Michel Mayor, les découvertes se multiplient. A la date du 15 Octobre 2010, 494 exoplanètes ont été découvertes . Cette découverte américaine est étonnante et fait grand bruit dans la communauté des astronomes car cette exoplanète, nommée Gliese 581g, possède toutes les caractéristiques d'une planète habitable par la vie, graal des astronomes spécialisés dans la recherche d'exoplanètes. Cette planète ferait environ 3 fois la masse de la terre pour une fois et demi son rayon, une température clémente de -12 à -31 degrés Celcius, et pourrait posséder une atmosphère.

Pourrons-nous annoncer bientôt : "Nous ne sommes plus seuls dans l'univers !" ?

Les médias reprennent la nouvelle comme on a pu le voir sur le site du monde. Mais aussi le Guardian, le voix du nord, futura-science, la BBC et bien d'autres.

système Gliese et zone habitable
Le système Gliese et zone habitable
(Credit: ESO under Creative Commons Attribution 3.0 Unported License)

Or le 10 Octobre 2010, Michel Mayor et son équipe de l'Université de Genève font tomber la nouvelle : l'exoplanète Gliese 581g n'existe pas ! Les méthodes et les instruments utilisés pour invalider la découverte sont largement supérieurs à ceux utilisés par les américains. Il n'y a pas de doute, la planète n'existe pas, l'annonce des américains était prématurée.

Que peut-on en conclure ? Comme on le voit dans des articles ou des blogs, que malheureusement, les scientifiques n'attendent pas d'être sûrs d'eux avant d'annoncer leurs découvertes. Mais aussi que la pression sur eux est telle (recherche de financements, être les premiers à annoncer une découverte...) que parfois le système les pousse au dérapage et à l'annonce prématurée. Les médias sont également à remettre en cause dans cette histoire car ils s'empressent d'annoncer une découverte hypothétique et révolutionnaire, mais sont peu nombreux à annoncer les démentis lorsque celle-ci s'avère caduque.

Mais ne vous y trompez pas, il y a une morale derrière la morale ! Et selon la méthode de mangouste.org, nous allons voir ce que cache cette erreur scientifique. Dans cette histoire, nous pouvons voir une équipe de chercheurs se tromper, mais nous pouvons, et surtout nous devons, voir une équipe de chercheurs rétablir la vérité. Cela nous transmet une information capitale : cette communauté de chercheurs a eu la capacité de s'apercevoir d'une erreur et de la corriger. C'est grâce à ce processus que nous pouvons leur faire confiance. Une communauté qui aspire à la vérité, qui a la capacité de se remettre en cause, qui a du temps et de l'argent pour mener des études contradictoires ne peut pas rester dans le faux pendant longtemps. Et inversement, si une communauté est incapable de se remettre en cause, si elle brûle ses hérétiques, si elle base sa "science" sur les thèses d'un "père fondateur" et ne continue pas à mener des expériences pour valider ou invalider ses théories tout en acceptant les faits, même contradictoires (et surtout contradictoires), alors cette théorie ne peut rien donner de bon, ni de la vérité, ni une bonne morale de "savoir vivre ensemble". Les exemples historiques sont nombreux. Et il n'est même pas nécessaire de chercher dans l'histoire pour trouver de telles communautés, regardez autour de vous et vous en trouverez.

Restez vigilants. Posez-vous des questions. Méfiez-vous des annonces fracassantes ; d'où qu'elles viennent. Recoupez les informations. Ayez conscience que les médias préfèrent annoncer une découverte plutôt qu'un démenti. Si une découverte vous semble révolutionnaire ou douteuse, cherchez les démentis, certains médias les proposent. Si vous avez des doutes, informez mangouste.org, nous mènerons l'enquête.

C'est ainsi que l'ont peut dire que les erreurs que font les scientifiques, et la présence de discours contradictoires, sont un signe de bonne santé d'une discipline. Lorsque les scientifiques ne feront plus d'erreurs, cela sera un signe qu'un dogme guide leurs "découvertes", et c'est à ce moment que nous pourrons nous inquiéter.

Références
  • Gliese 581g n'est pas confirmée. Bayesian Re-analysis of the Gliese 581 Exoplanet System. <http://arxiv.org/abs/1101.0800>
  • La controverse sur Gliese 581g. A Planet ‘Just Right’ for Life? Perhaps, if It Exists. California Energy Commission, 22 Apr. 2002. Web. 6 Dec. 2009. <http://www.nytimes.com/2012/08/21/science/space/just-right-or-nonexistent-dispute-over-goldilocks-planet-gliese-581g.html?pagewanted=all&_r=0>
Article précédent PrécédentSuivant Article suivant

Posté le 05 octobre 2010 |  Auteur : Stanislas Francfort

Commentaires



cpqrtx69